spectacle

En ses univers, l’habitante… 

Un lieu, une scène chorégraphique dont l’unique habitante écoute un jardin… et découvre un univers en écho de son espace intérieur.  

La danse de Natacha Liège révèle une superposition des niveaux de conscience qui s’éveillent tandis que le corps exulte puis s’apaise dans l’esprit du lieu. 

Pleine présence du regardé et des regardants tous témoins en cet instant. Espace où chacun, en son reflet reflété nous éveille à une attention particulière. 

 

 

 

De la rencontre ...

En son corps résonnent les danses 

médium des lieux traversés.

Déposer sa vie, voir, regarder, sentir, se dépouiller... 

les premières respirations du dedans

les premiers élans vers le dehors …

 

 

 

 

 

 

 

 

Une présence singulière enchante les espaces : le public fait une expérience sensible et unique.

De l’écoute pénétrante au libre mouvement transculturel, les symphonies gestuelles répandent

un silence vibratoire, c’est le temps de la beauté, ses univers dansés.


Natacha Liège voyage depuis longtemps. Le tissu de sa vie est bayadère, ondulatoire et lumineux : elle s’arabesque par révolte, s’enroule autour des évènements et caresse le rythme de la vie.  D’où vient la mélodie qui la fait vibrer ?  Le silence qui enveloppe sa fluidité ?  Ce corps qui danse, se soulève, se trouble, se transforme et s’apaise est-il témoin, acteur, vaisseau ou narrateur d’un fil qui la relie aux éléments ?  Frédéric Tort. 

Vidéos

contact : natachaliege@gmail.com

Comme une bulle irisée où se blottir et s’envoler…*

« … et soudain elle est là, parmi eux. Frêle dans sa légère chemise blanche, altière et lumineuse, elle se tient droite, ses pieds nus campés dans la terre de l‘allée. Elle sourit et embrasse son public d’un regard généreux. Puis, elle avance doucement et, sur le ponton qui enjambe le bassin, allume des bougies délicates, d’un geste lent évoquant un rituel sacré … Happé par les ondulations, les caresses et tremblements frénétiques, l’on participe délicieusement à la soudaine immobilité de l’artiste, sereinement tendue vers le ciel, puis à sa course contre le vent, ses échanges avec chacun des éléments, du feu qui l’anime, à l’eau dont elle se lave… Un voyage, un partage, une vibration qui nous rend plus vivants… »

Anne Laure Naar

 

* in Qui veut le programme - 27 juillet 2017 clôture du IF 2017 Avignon -

 



La Nuit dansée

 

On avait arrosé

Mais l’air du soir

Et la musique

Le souffle de juillet

Et le vernis des feuilles du jardin

Avaient ébroué l’air

 

Il y eut un silence et puis ce fut la nuit

Le noir nous désigna l’étoile que fit vibrer le violoncelle

Des doigts sur l’orgue éveillèrent le jardin à l’autre vie du regard des hommes

 

Natacha rangeait cet infini dans des orbes visibles, où sont les fruits

Et où on les oublie, à moins qu’on pèche

 

La féérie avait ainsi trouvé un centre aux yeux mi-clos d’oracle

Mi-clos dans nos orbites aussi

Son pied sur l’onde apposa des ridules

Le corps mettait en harmonie l’onde et son souffle

Le pont, la terre, et jusqu’aux doigts tissés au linéament des feuilles et de leur voie lactée

La révérence des branches inclinait le bon soir, et versaient au Levant

 

Tout était pris dans l’orbe

La floraison d’évanescences

Où l’œil, le feu qu’attisait l’eau

Le grand caveau nocturne, le blanc stellaire de la danseuse

Les regards qu’elle portait au rien du tout, sur son giron, en y mettant ses battements

Avaient une harmonie commune ; la danse.

 

Chacun rentra en soi en se versant au monde.

 

Jacques Mancuso

oct 2017

à propos de En ses univers, l'habitante...